Un second tour doux-amer pour plusieurs Français

Un second tour doux-amer pour plusieurs Français

Divisés. Les Français d’ici sont divisés. Après avoir eu l’annonce que le second tour de la présidentielle française se jouerait entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, les électeurs d’ici jubilaient de la victoire du premier ou pestaient de devoir voter pour lui afin de bloquer l’accès de la seconde à la présidence. 

J’ai choisi de regarder le dévoilement des résultats en compagnie d’amis de l’Hexagone. Notre hôte, pro-Mélenchon, était tellement convaincu que son candidat accèderait au second tour qu’il a dû fumer clope après clope pour se calmer en voyant les résultats.

Déjà que les nerfs de beaucoup avaient été mis à l’épreuve la veille, en attendant des heures avant de pouvoir voter…

À gauche, ils ont opté pour Jean-Luc Mélenchon, pour la plupart. Certains ont choisi de se rallier à Benoît Hamon, malgré sa déconfiture qui était écrite dans le ciel. À droite, c’était l’abstention et l’exaspération. Au centre, Jean Lassalle, un «petit» candidat, plutôt qu’Emmanuel Macron.

Bref, peu importe leur allégeance politique, les Français qui m’entourent semblaient bien déçus du second tour qui s’annonce.

« Va falloir voter pour le banquier pour bloquer cette p… de Marine! »

« C’est fini, je ne vote plus jamais. »

« Où fait-on la demande pour la RP (résidence permanente) ? »

Cette ambiance contrastait avec les résultats des votes à Montréal, où un tsunami Macron s’est abattu, talonné par Mélenchon pas trop loin derrière.

Les réseaux sociaux en furie

Depuis dimanche, je vois apparaître de plus en plus de vidéoclips et de paroles de chansons des artistes français Saez et Renaud dans mon fil d’actualités sur Facebook. Décidément, les Français ont mal à l’âme et en profitent pour râler encore plus.

Dans mon entourage, plusieurs des gens qui voteront le feront contre le Front national, mais pas pour Emmanuel Macron. Une importante nuance à faire, ici. Les autres s’abstiendront.

On voit également apparaître plusieurs blagues au sujet des deux candidats, tant en France que de ce côté-ci de l’Atlantique:

J’ai su qu’en France, ils ne diffusaient pas de soirée électorale dans les bars, car cela finirait en coups sur la gueule et en bagarre générale… Mes amis ici n’ont d’ailleurs pas voulu se rendre à l’Union française, car ils prédisaient « péter la gueule à quelqu’un, c’est sûr ».

Ils me disent également que les opinions politiques sont généralement les mêmes au sein d’une famille, voire selon la classe sociale. Inutile de préciser mon air surpris quand j’ai entendu ça… Ici, on a des discussions animées en famille, et dans la mienne, tout le monde vote pour un parti différent et change d’avis selon les différents enjeux et selon les élections. Cela occasionne parfois certaines prises de bec, mais ça ne finit jamais en bain de sang…

Au Québec, on est également comme une giga-classe-moyenne où les gens, qu’ils soient plus ou moins nantis, se mélangent… Les notions de gauche et de droite sont également plus floues dans les partis politiques fédéraux et provinciaux. Enfin, c’est ma perception.

Je tiens déjà le popcorn pas trop loin pour le second tour, qui s’annonce aussi tendu que le premier.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :