Quoi ne pas emporter à Paris (si je voulais devenir Parisienne)

Quoi ne pas emporter à Paris (si je voulais devenir Parisienne)

Paris, capitale de la mode. Même après avoir passé trois mois là-bas en 2015, j’ignore encore les subtilités d’une tenue vestimentaire respectable dans la Ville Lumière. Si je comprends les codes à Montréal pour avoir l’air distinguée et que je ne les respecte pas toujours (consciemment), j’estime mon risque de récidive de fashion faux pas parisiens à un niveau très élevé.

Ici, à Montréal, les gens s’habillent n’importe comment. En hiver, avec des températures de – 25 °C, c’est pire: on s’habille pour ne pas avoir froid et survivre sans hypothermie quand on met le nez dehors. Je viens de remiser mes bottes Sorel au placard, trop contente de voir la météo ne plus annoncer de neige pour les jours qui viennent.

J’ai toujours su comment m’habiller, ici, si je voulais être cute pour mon copain quand j’en ai un, ou pour sortir. Je savais comment avoir l’air professionnelle pour un entretien, sans avoir l’air stuck-up, être sexy sans être vulgaire, être confortable tout en étant jolie… quand ça me tente.

Je n’ai jamais eu honte de me rendre au dépanneur m’acheter du lait, des clopes ou de la bière, vêtue d’un pyjama. Ce matin, je suis allée au Tim Hortons me chercher un café car ma cafetière agonise, vêtue d’un pantalon de pyjama à pois, de vieux bottillons dans lesquels je n’avais pas pris la peine de mettre des bas, avec le visage démaquillé et les cheveux sales ramassés en chignon aléatoire sur ma tête. Sous mon manteau d’hiver, je ne portais même pas de soutien-gorge (mais personne ne s’en est rendu compte). Sweet Home Hochelaga, même si c’est en train de devenir le prochain Plateau trendy avec la gentrification. Je peux encore y faire mes courses en pyjama.

Bref, quand je sais que je n’ai l’air de rien, ici, je m’en fous.

Après une conversation bien arrosée avec mes amies françaises de Montréal, voici ce que j’ai déduit qu’il fallait que je laisse dans ma garde-robe montréalaise, pour être « magnifaïque », selon Cristina, une star de la télé française en matière de mode (allez voir ses clips, c’est hilarant… ou scandaleux!):

 

Les ballerines

Désolée pour le plancher sale à cause des bottes. Photo: Leïla Jolin-Dahel

Moi qui avais trouvé ici le moyen d’être à la fois féminine et confortable, voilà que j’ai découvert que les ballerines faisaient partie des souliers à éviter en France.

La raison? Apparemment que ça fait puer des pieds. « C’est la raison pour laquelle t’as pas chopé la dernière fois que tu es allée à Paris », m’a dit une amie en riant.

À PRIVILÉGIER: les bottillons, les talons hauts (plutôt puer des pieds, selon mon humble avis)

 

Les vêtements de la marque espagnole Desigual

Mes pièces Desigual, qui cartonnent, ici! Photo: Leïla Jolin-Dahel

J’ai découvert cette marque espagnole dans une boutique branchée du Plateau, où ils vendent des vêtements griffés, pour la plupart de designers québécois. J’avais tout de suite eu un coup de coeur pour les motifs colorés, moi qui ne suis pas totalement sortie de ma phase «étudiante-en-lettres-hippie» du Cégep (en 2002…).

« Osez la couleur », dit pourtant Cristina! Mais ça a l’air que les seules qui portent du Desigual en France sont « les profs d’arts un peu tebées » (bêtes, idiotes, en verlan).

 

Si j’étais chanteuse dans une ancienne vie et que je suis souvent dans la lune, ça compte? Fuck it, je compte aller en Espagne, alors, j’emporterai tout de même quelques robes avec moi!

À PRIVILÉGIER: la marque Naf Naf?

 

Tous les trucs « trop colorés » anyways

Relents de hippies. Photo: Leïla Jolin-Dahel

Exit, les motifs, la couleur, les vêtements de designers montréalais ou les trouvailles dans des friperies de hippies du Plateau! Apparemment qu’à Paris, les couleurs « classiques » sont le noir, le beige et le marine…

Je songe prendre un billet d’avion pour Milan, tout d’un coup….

À PRIVILÉGIER: les couleurs sobres

 

Les t-shirts de geekette

Photo: Leïla Jolin-Dahel

Une amie un peu geekette que j’avais rencontrée au boulot quand j’étais en stage à Paris m’avait demandé si son look (jeans, t-shirt de geekette) allait choquer les Montréalais comme ils scandalisent certains Parisiens…

Je lui avais répondu: « Euh… really? À Montréal, tu pourrais te balader incognito (sauf si tu pues!) ». 

Toutefois, ce que je comprends du dress code parisien est que tout look décontracté est proscrit.

À PRIVILÉGIER: les chemisiers (de couleur sobre, encore! mais pas beige, please!)

 

Le pyjama

(Non, je ne mettrai pas de photo de moi en pyjama ici.)

À Montréal, quand on rentre du boulot, qu’on soit en famille, en coloc, en couple ou seul, on se met en pyjama! J’ai dû traumatiser mes colocs sans m’en rendre compte en 2015 quand, sitôt rentrée du travail, j’enlevais mon soutif et revêtais mon pyjama (pas toujours composé de morceaux qui allaient ensemble!)

J’ai depuis racheté des vêtements de nuit (4!) mignons et confortables, mais apparemment qu’en France, les gens ont des « survêtements d’intérieur » et ne portent leur pyjama que lorsque le moment de se coucher est venu….

ILS SONT FOUS, CES FRANÇAIS! (mais je les aime quand même!)

Bref, lorsque que je ferai mes valises pour Paris, je ferai gaffe. Je me suis acheté de jolis chemisiers (ma pote parisienne était jalouse!) et je possède plusieurs paires de bottillons confortables qui fittent avec Paris, pour ne pas déroger à la règle des ballerines-qui-puent-des-pieds. (Je sens que je vais tout de même demander de l’aide!)

Je vais toutefois emmener quelques vêtements Desigual, deux paires de souliers-qui-puent et tenter de faire passer l’un de mes pyjamas pour un « survêtement ».

J’ignore si la frange carrée est encore à la mode et si l’ombre à paupières est encore proscrite, mais je songe déroger aux règles!

J’espère seulement comprendre les subtilités de la mode parisienne afin d’être pleinement consciente de ce que je fais, lorsque je décide de jouer avec les codes.

Pour finir, voilà de quoi j’ai l’air en hiver!

 

« Il gèle sa race! » Photo: Leïla Jolin-Dahel (selfie!)

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :