« P’t’être ben qu’oui p’t’être ben qu’non »

« P’t’être ben qu’oui p’t’être ben qu’non »

La Normandie n’est pas qu’une scène d’ouverture dans Save Private Ryan, ni qu’une bataille sanglante entre les troupes américaines et allemandes lors du célèbre débarquement durant la 2e Guerre mondiale. C’est aussi le coin de pays de mon amie Alexandra, que j’ai eu la chance de rencontrer pour la première fois en chair et en os le week-end dernier.

À l’époque d’ICQ, MSN, Napster et autres tendances des années 90, Alexandra et moi étions toutes deux des fans passionnées de la chanteuse et violoncelliste Jorane. Cette passion nous a permis d’entrer en contact via le site web de l’artiste, où un forum était dédié aux commentaires du public. Elle en Normandie ; moi au Québec. Qu’importe la distance, notre amitié virtuelle a pris forme et a perduré malgré le passage d’MSN à Facebook et la distance de plus de 6000 km, en commentant mutuellement nos statuts et en s’échangeant des découvertes musicales.

Le week-end dernier, après trois heures de co-voiturage ultra sympa en BlaBlaCar, l’équivalent français d’Amigo Express, à manger des gaufres belges offertes par la conductrice, j’ai enfin fait un gros hug à cette amie maintenant devenue réelle. Habitant une coquette maison normande dans un village près de Caen, Alexandra m’a présenté son copain super gentil et sa mignonne fillette.

Mer, cidre, brocantes et spécialités normandes

Samedi, nous sommes allées faire un tour à Caen, surnommée la ville aux Cent Clochers. Grimpées sur le top du plus vieux château de l’Europe ayant été habité par Guillaume le Conquérant (tu te sens jeune en esti quand tu visites ça), j’ai pu observer quelques églises à l’horizon. Ce cher Guillaume aurait, selon certains dires, traîné son épouse par les cheveux tout le long d’une avenue, aujourd’hui appelée « la rue Froide ». Joyeux… Pauvre fille ! Les deux époux sont d’ailleurs enterrés séparément dans la ville.

Le lendemain, malgré le coup de soleil attrapé la veille en relaxant sur la terrasse de mon amie, nous sommes allées sur les plages de Ouistreham. L’eau était plus chaude que ce à quoi je m’attendais, et nous avons fait un « château celtique » avec des coquillages. L’air salin m’a toujours fait du bien, qu’il provienne des côtes nord-américaines ou européennes.

Notre "château" de sable celtique
Notre « château » de sable celtique

Côté foodie, si je n’ai pas eu le loisir (onhhhh, c’est dommage…) de goûter aux tripes, j’ai eu la chance de déguster un camembert au Calvados, qui s’est avéré être une véritable révélation de saveurs. J’ai même contribué au cliché du « Français typique » véhiculé par certains en ramenant le reste du paquet avec moi à Paris. Avec du cidre normand et du pâté fait par des commerçants locaux, ma panse était plus que remplie et mes papilles, plus que ravies.

En après-midi, en visitant une des nombreuses brocantes ayant lieu dans la région normande (l’équivalent d’un quartier complet qui ferait une vente de garage en même temps), j’ai pu entendre l’accent normand. Les personnes âgées roulent leurs R et me rappellent mes professeurs au primaire dans les années 90. Les gens disent « à tantôt » pour signifier « à plus tard », comme au Québec. À Paris, cette même expression signifie qu’on revoit l’autre un autre jour, pas dans quelques heures. Ils disent également « clancher la porte ». Rien d’étonnant, quand on sait que les premiers colons débarqués en Nouvelle-France étaient surtout originaires de la Normandie, de la Bretagne et du Poitou.

Un aperçu de la campagne normande
Un aperçu de la campagne normande

J’ai retrouvé dans la campagne normande un brin du Québec, pas seulement avec les expressions, mais aussi avec l’accueil chaleureux des gens là-bas et avec le côté « no stress, man ».

Finalement, après deux jours de bonheur total, complètement déconnectée de ma routine (mais ai-je vraiment une routine à Paris ?),  je suis rentrée dans la Ville Lumière. Après Munich, la Normandie m’a également permis de renouer des liens avec des gens extraordinaires !

Plus de photos par ici.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :