Munich: Ich habe eine Freundin gefunden!

Munich: Ich habe eine Freundin gefunden!

Allemagne. Bavière. Munich. Ich verde mein Deutsch üben ! C’était la première fois que je mettais les pieds là-bas, malgré un reste de cours de langues appris à l’âge de 19 ans dont je n’avais jamais utilisé les bases depuis.

Quinze ans plus tard, après avoir fait les 400 coups au secondaire ensemble, j’ai revu une amie que je n’avais pas recroisée depuis. Sitôt atterrie à l’aéroport après avoir respiré dans un sac de papier brun pendant plus d’une heure (les décollages me traumatisent pour un vol complet), j’ai pris le train, puis le taxi, puis marché… puis j’ai sonné. Lorsqu’elle a ouvert la porte, nous nous sommes sauté dans les bras l’une de l’autre pour se faire une longue accolade. Même face, même spirit. Non, le temps ne change rien.

Nous nous sommes racontées nos succès, nos échecs, nos joies, nos peines, nos regrets, nos rêves… quinze ans, c’est long. Et deux jours, ce n’était pas assez, pour retrouver cette amie de longue date. Nous nous sommes rappelées des souvenirs, avons parlé des gens, ri en mangeant de la pizza et en buvant de la bière… Si bien que nous nous sommes couchées à 5h du matin.

Même en ayant peu dormi, nous avons exploré la ville le lendemain. Brätwurst mit Bier, que j’ai goûté. Avec des patates et du chou. Typiquement deutsche. Si la bière allemande est aussi délicieuse que celle du Québec, ici, les gens peuvent en plus avoir le loisir de boire leur bouteille de bière dans le train. Wow ! Aucune chance qu’on ne voit ça à Montréal, où même dans les parcs, certains se prennent une contravention. À Paris, ce serait le genre des clochards… À Munich, c’est normal!

La température était pluvieuse et fraîche, mais le gazon sentait meilleur que la pollution de Paris. Et retrouver mon amie me donnait chaud au coeur! J’ai entendu toutes sortes de langues différentes en marchant dans les rues, mais tous savent parler l’anglais (même si j’ai tenu à commander/acheter/poser des questions quasi-partout dans un allemand cassé sorti d’un fichier retrouvé sur le disque dur de l’aire de Broca de mon cerveau).

Les rues sont propres et bien indiquées, et tout le monde semble honnête… Par exemple, les gens n’ont pas besoin de présenter un billet ou une passe pour prendre le métro… mais tout le monde l’achète quand même. À Paris et à Montréal, c’est le contraire : beaucoup sautent par dessus les tourniquets ou passent en même temps que quelqu’un d’autre… en ne payant pas. C’est peut-être à cause de mon regard neuf de touriste, mais j’ai eu l’impression que tous les mecs ressemblaient à Michael Fassbender (mmmmm).

Ce fut un weekend trop court où mon amie et moi avons renoué contact en se jurant de remettre ça à très bientôt, que ce soit à Paris, à Montréal ou à Munich! Je suis supposée la tirer aux cartes et elle, me ramener un nain de jardin! Plus de photos par ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :